Les pharaons de l'Egypte moderne HDTV 720p

Les pharaons de l'Egypte moderne HDTV 720p
00
    Les pharaons de l'Egypte moderne

    Culture Histoire Politique - Arte 2016 - 3x1h

    Nasser
    En 1952, profitant de la colère populaire, le mouvement des officiers libres, fondé par Gamal Abdel Nasser, saisit l'occasion et organise le soulèvement.
    Quelques mois plus tard, la révolution abolit la monarchie, promet de construire une nation moderne et nationalise les terres.
    En 1954, Nasser profite d'une tentative d'assassinat contre lui pour écarter son rival, le président Naguib, et réprimer les Frères musulmans.
    Pour mettre en oeuvre son rêve d'un État socialiste, panarabe et laïc, il s'attaque aux inégalités du pays. Mais Nasser règne seul, réprime l'opposition et la société civile.
    Après la déroute face à Israël, en 1967, la rue refuse pourtant sa démission.
    Quatre ans plus tard, sa mort soudaine laisse le pays orphelin.

    Sadate
    En 1970, Anouar el-Sadate devient président de la république arabe d'Egypte.
    Il change alors radicalement le cap du pays, prônant un retour à l'islam ainsi que la promotion du capitalisme.
    Pour asseoir son pouvoir, il s'allie avec les islamistes et écrase la gauche.
    Il prépare en secret une décision importante, qu'il prendra sans consulter personne : après l'attaque surprise du Sinaï occupé en 1973, il ouvre des négociations de paix avec Israël.

    Moubarak
    Hosni Moubarak succède à Sadate. L'obsession de la stabilité et de la sécurité marque ses premières années de présidence.
    Il laisse prospérer l'alliance du pouvoir et de l'argent, amorcée sous Sadate. Malgré une tentative d'ouverture, il renforce l'Etat policier d'année en année.
    Après avoir vainement tenté de transmettre le pouvoir à son fils au terme d'une grossiere manipulation électorale, il tombe sous la pression de la rue, début 2011.
    Le 25 janvier, 59 ans presque jour pour jour après les manifestations de 1952, les Egyptiens affluent place Tahrir, au Caire, avec les mêmes mots d'ordre : «pain, liberté, justice sociale».
Information
SEUL LES MEMBRES PEUVENT LAISSER DES COMMENTAIRES.